LUNCHEXPERTEN.COM Library

Art History

Download E-books Claude Monet PDF

By Georges Clemenceau

Claude Monet (Paris, 1840 – Giverny, 1926) Pour Claude Monet, le qualificatif d'impressionniste est toujours resté un sujet de fierté. Malgré tout ce que les reviews ont pu écrire sur son oeuvre, Monet n'a cessé d'être véritablement impressionniste jusqu'à l. a. fin de sa très longue vie. Il l'a été par conviction profonde, et peut-être a-t-il sacrifié à son impressionnisme beaucoup d'autres possibilités que lui offrait son great expertise. Monet n'a pas peint de compositions classiques avec des personnages, il n'est pas devenu portraitiste, bien que tout cela fût compris dans sa formation professionnelle. Il s'est choisi, en fait, un seul style, celui du paysage, et il y a atteint un degré de perfection auquel aucun de ses contemporains n'a pu parvenir. Pourtant, le garçonnet avait commencé par dessiner des caricatures. Puis Boudin lui conseilla d'abandonner l. a. sketch et d'opter pour le paysage : c'est que l. a. mer et le ciel, les animaux, les gens et les arbres sont beaux justement dans l'état où les a créés los angeles nature, c'est-à-dire entourés d'air et de lumière. C'est en effet de Boudin que Monet hérita los angeles conviction de l'importance du travail en plein air, conviction qu'il transmit plus tard à ses amis impressionnistes. Monet ne voulut pas entrer à l'École des Beaux-Arts. Il préféra fréquenter une école privée, l'Académie Suisse, fondée par un ancien modèle, quai des Orfèvres, près du pont Saint-Michel. On pouvait y dessiner et peindre un modèle vivant pour une somme modique. C'est là que Monet rencontra le futur impressionniste Camille Pissarro. C'est ensuite dans l'atelier de Gleyre, que Monet rencontra Auguste Renoir, Alfred Sisley et Frédéric Bazille. Il parlait aussi à ses amis d'un autre peintre qu'il avait également trouvé en Normandie. Il s'agissait de l'étonnant Hollandais Jongkind. «Il fut à partir de ce second mon vrai maître », disait Monet. «C'est à lui que je dois l'éducation définitive de mon oeil ». Ces paysagistes normands, Boudin et Jongkind, se rangent au nombre des maîtres directs des impressionnistes. En 1871-1872, les paysages de Monet ne se distinguaient pas encore par une grande richesse de coloris ; ils rappelaient plutôt les tonalités de l. a. peinture des artistes de Barbizon ou les marines de Boudin. Il composait une gamme de coloris sur l. a. base de plenty marron-jaune et bleu-gris. En 1877, lors de l. a. troisième exposition des impressionnistes, Monet présenta, pour l. a. première fois, une série de tableaux : sept vues de los angeles gare Saint-Lazare. Il les choisit parmi les douze toiles peintes dans l. a. gare. Ce motif, dans l'oeuvre de Monet, est dans l. a. ligne non seulement du Chemin de fer de Manet et de ses propres paysages, avec trains et gare, à Argenteuil, mais aussi de l. a. tendance qui commença à se manifester avec l'apparition des chemins de fer. Un beau matin, il réveilla Renoir avec un cri de victoire : «J'ai trouvé, los angeles gare Saint-Lazare ! Au second des départs, les fumées des locomotives y sont tellement épaisses qu'on n'y distingue à peu près rien. C'est un enchantement, une véritable féerie ». Il n'avait pas l'intention de peindre los angeles gare Saint-Lazare de mémoire ; il voulait saisir les jeux de lumière du soleil sur les nuages de vapeur qui s'échappaient des locomotives. En 1883, Monet avait acheté une maison dans le village de Giverny, à proximité de los angeles petite ville de Vernon. À Giverny, les séries devinrent une des principales méthodes de travail en plein air de Monet. Quand un journaliste, venu de Vétheuil pour interviewer Monet, lui demanda où se trouvait son atelier, le peintre répondit : «Mon atelier ! Mais je n'ai jamais european d'atelier, moi, et je ne comprends pas qu'on s'enferme dans une chambre. Pour dessiner, oui, pour peindre, non ». Montrant...

Show description

Read or Download Claude Monet PDF

Best Art History books

Criticizing Art: Understanding the Contemporary

Criticizing paintings: figuring out the modern takes readers contained in the global of latest paintings and indicates them the right way to imagine, write, and discuss artwork. all through, the foundations of paintings feedback are provided and utilized to modern types of American paintings giving scholars of paintings and paintings heritage an exceptional framework for seriously contemplating modern paintings via describing, studying, comparing, and theorizing.

A Survival Guide for Art History Students

Designed to lead newcomers during the usually disorienting event of taking a primary artwork historical past category, this e-book addresses all aspectsof that overall event. KEY themes particular bankruptcy subject matters conceal note-taking in the course of lecture, learning for and taking slide tests, writing reaction papers, method, the way to critique secondary scholarship, and what to do with an artwork background measure.

Provenance: How a Con Man and a Forger Rewrote the History of Modern Art

The real tale of 1 of the 20th century's such a lot audacious paintings frauds full of striking characters and instructed at breakneck velocity, Provenance reads like a well-plotted mystery. yet this can be most likely no longer fiction. it's the impressive narrative of 1 of the main far-reaching and complex cons within the historical past of paintings forgery.

The Bernini Bust

After British artwork historian Jonathan Argyll sells a minor masterpiece to an American museum for an exorbitant cost, the museum's proprietor is murdered, a disreputable artwork broker disappears with a Bernini bust, and Argyll discovers his existence is at risk.

Extra resources for Claude Monet

Show sample text content

Huile sur toile, 61,2 x 93,1 cm. The paintings Institute of Chicago, Chicago. a hundred and fifteen Sous les Peupliers, effet de soleil, 1887. Huile sur toile, 74,3 x ninety three cm. Staatsgalerie, Stuttgart. 116 pleine lumière pour suivre los angeles marche du soleil, nous apporte le pire des scandales : celui de los angeles vérité ! Là, je me trouve au cœur de mon sujet, puisqu’il s’agit des moments supérieurs d’un développement d’art qui prétend nous engager en des représentations de plus en plus fidèles des réalités. Pour l’exécution de ce programme d’activités d’art, rien de plus, rien de moins que de suivre le plus fidèlement attainable toutes activités de lumière qu’une implacable examine nous permet de maîtriser. Ici, deux questions. Le peintre moderne doit-il donc se résoudre à opérer l’interprétation de los angeles lumière autrement qu’il n’avait fait jusqu’ici ? Et Monet, tout de confiance en sa rétine, est-il le bon réalisateur ? C’est l. a. matière d’un article intitulé « Révolution de cathédrales », que je publiai dans l. a. Justice le 20 mai 1895, et qui fut reproduit dans Le Grand Pan en 1896. Après les séries des meules, en effet, bientôt suivie de los angeles série des peupliers, ce fut los angeles série des cathédrales (1895) qui me mit los angeles plume à los angeles major. Trente ans écoulés, puisqu’il arrive que je n’ai rien à retrancher de mes paroles, je cède à l. a. tentation de le reproduire, parce qu’il y apparaît clairement que mes vues d’aujourd’hui ne sont pas improvisées. Le voici donc dans sa plus grande partie : J’en demande pardon aux professionnels, je ne puis résister à l’envie de m’étabIir, pour un jour, « critique d’art ». los angeles faute en est à Claude Monet. Je suis entré chez Durand-Ruel, pour revoir à loisir les études de los angeles cathédrale de Rouen dont j’avais european l. a. joie dans l’atelier de Giverny, et voilà que cette cathédrale aux multiples points, je l’ai emportée avec moi, sans savoir remark. Je ne puis m’en débarrasser. Elle m’obsède. Il faut que j’en parle, et, bien ou mal, j’en parlerai. Je me présente tout simplement comme un de ces êtres à deux pieds, dont le imperative mérite est de promener sur los angeles terre une paire d’yeux prêts à jouir de toutes les fêtes que nous offre l. a. divine lumière. Et là-dessus, d’abord, j’ai quelques remarques à faire. remark arrive-t-il que tant de gens achètent à prix d’or tant de toiles bonnes ou mauvaises – plus souvent mauvaises que bonnes – et finissent probablement par en « jouir », alors qu’ils seraient incapables de s’arrêter sincèrement cinq mins devant le paysage, ou los angeles determine dont los angeles représentation les ravit d’aise ? Je sais bien qu’on nous raconte que le peintre y met du sien. Mais rien n’empêche le spectateur d’en faire autant, et l’Embarquement pour Cythère lui-même ne nous séduit que parce qu’il nous suggère des émotions de réalités. Dans le monde a number of, ce qui nous doit précisément charmer, c’est l’instable vibration de vie qui anime le ciel et l. a. terre et los angeles mer, et toute l. a. nature grouillante et toute l. a. nature « inerte ». Eh bien, cette mouvante merveille de toute heure qui surgit à nos yeux de tous les spectacles de l. a. planète lumineuse, ce miracle changeant, qui ne cesse que pour enfanter d’autres miracles, cette intensité de vie qui nous vient de l’homme ou de l. a. bête, mais qui nous vient aussi de l’herbe, du bois et de los angeles pierre, los angeles terre nous en prodigue los angeles fête sans jamais se lasser.

Rated 4.35 of 5 – based on 5 votes